Divagations en tout genre

Moi j'm'en fous complètement

Lou!, La maman de Lou
Avec des chats dedans

Avec des chats dedans <3

Chuchotements et agitation dans la salle tandis que 20h viennent de sonner. Des murmures excités et des doigts tendus marque le passage de Penelope Bagieu tandis qu'on cherche dans la foule Julien Neel et Kyan Khojandi (aussi connu sous le nom de "le mec de Bref"). La soirée est mondaine mais l'ambiance est cool et chaleureuse, comme souvent quand on a affaire au public de madmoizelle. Quelques cris et évanouissements des plus sensibles saluent le passage de Fabrice Florent, fondateur et du site et maitre de soirée. Souriant sous son célèbre crane chauve, le Grand Gourou de Madmoizelle s'apprête à lancer la séance.

Ce jeudi 2 octobre 2014, une multitude de jeunes fans impatients sont venus pour assister à l'avant première du film Lou!, tirée de la bd éponyme de Julien Nheel.

Le film est sous-titré "Journal Infime" et se présente un peu comme tel : reflexions, tracas et aventures quotidienne d'une jeune fille d'une douzaine d'année, Lou. Le constat en lui-même pourrait laisser présager d'inquiétantes niaiseries pour pré-adolescentes assorties de débats aussi stériles qu'ennuyeux sur les fréquentations des uns et des autres, heureusement nous avons affaire à un auteur talentueux qui sait éviter les pièges du cliché girly pour nous servir les histoires farfelues de toute une bande de personnages aussi variés qu'hauts en couleur, vu par les yeux d'une fillette créative, débrouillarde, le genre qu'on a tous rêvé d'autre dans notre jeune temps.

Les décors du film sont en eux-même une source d'émerveillement constante : tout a été réalisé avec soin, donnant à chaque environnement son propre caractère, sa propre couleur, sa propre histoire avec toute une foule de détail que l’œil avisé pourra s'amuser à débusquer. Clin d’œils et easter egg se comptent à foison dans le film et c'est ce qui fait qu'on se sente chez soi dans ce film, qu'on se l'approprie, le fait qu'il appartienne à notre génération, parlant avec nos codes et nos références. L'appartement de Lou et sa mère en particulier est un vrai délice (sauf pour les gens un peu maniaque, qui eux doivent plutot regarder avec prudence sous peine de succomber a une crise d'angoisse). Comme le dit Lou dès le début du film, "leur truc à elles c'est l'accumulation", et la décoratrice est partie de ce principe pour en faire un paradis de bric à brac coloré et accueillant. De quoi donner envie de redécorer l'intégralité de son propre appartement (pour la plus grand e joie de votre moitié). Par ailleurs Lou ! est drole, tout simplement, et même si le thème ne parlera peut-^^etre pas à tout le monde, on ne s'ennuie pas tout au long du film tandis qu'on suit les déboires de Lou entre ses amies, sa mere geek et son voisin bien mignon.


Coocooner forever

Coocooner forever (spéciale kassedédi à la tête du petit chat)


J'ai toujours un peu d'angoisse (et c'est trop souvent justifié) quand je vais voir une adaptation au cinéma, tant on ne sait jamais à quel point une oeuvre qu'on a adoré va se retrouver massacrée une fois porté sur grand écran. J'étais cependant un peu plus détendue en allant voir Lou !, d'une part parceque je n'avais pas lu les bds à ce moment là et que je n'avai pas trop d'exigence, et d'autre part parceque le film a été réalisé par l'auteur lui même, et que quand même c'est plutôt bon signe. Si vous ne connaissez rien de rien à la bd (ni à l'anime, d'ailleurs, qui fait aussi sa petite vie depuis quelques années), pas de souci, le film existe très bien par lui même et est une vraie réussite, vous passerez un très bon moment et aurez en plus le plaisir de découvrir l'univers foisonnant et bordélique de Julien Neel. Si vous êtes un fan hardcore, c'est à double tranchant : personnellement, je trouve qu'en tant qu'adaptation c'est aussi une réussite (oui car quand j'aime bien un film, j'achète le livre, du coup, on ne se refait pas). Il n'est pas évident d'adapter six tomes de bande dessiné en un film d'autant que l'histoire d'origine de Lou! se déroule sur une longue période de temps. L'auteur a donc choisi d'adapter le début de la bd en élaguant et en arrangeant l'histoire, de façon à laisser de coté un certain nombre de détails et à réarranger un certain nombre de choses, pour avoir une histoire plus homogène, plus cohérente et une vraie logique entant que film. On évite ainsi d'assister a une suite d'épisodes décousus pour se focaliser sur l'histoire principale. L'histoire est sensiblement différente, et rappelle surtout le premier tome, mais on retrouve grace à ce procédé des éléments des 3 tomes suivants, ce qui permet de donner à l'histoire une profondeur qu'elle n'avait pas au tout début de la série. On pourrait certe regretter le retrait d'un certain nombre d'élément (et notamment l'abscence du personnage de Paul :/) mais les choix narratifs sont cohérents et permettent au film d'exister de manière indépendante. L'avantage pour les fans est qu'ils peuvent regarder le film sans s'ennuyer tout en se replongeant dans un univers bien respecrté qui leur sera familier. On sent que l'auteur a réfléchi à chacun des éléments qu'il mettrait ou pas dans son film et on ne peut que saluer un travail aussi soigné. Par ailleurs, il ne s'interdit pas de faire une suite, on n'est donc sans doute pas au bout de nos surprise!

Bref, Lou ! ne prétend pas être plus que ce qu'il est, un film plutot léger, plutot jeune public, mais est merveilleusement réussi dans son domaine, avec bien plus de profondeur et de créativité que ce à quoi on a habituellement droit dans domaine. Allez le voir, il file la pêche, il donne envie de mettre de la couleur partout et en plus, on voit Kyan avec des cheveux oh!

Yeah baybay

Yeah baybay

Par Neko le 21/10/2014 à 00:00 - Laisser un commentaire

    Partagez cet article !

"Tout est inéluctable"

Yuko, xxxHolic

Les magasins tels Cutura et Rougier & plé se multipliants finalement dans Paris (pas trop tot), des créatures innocentes et de faible volonté (telle que, au hasard, moi-même) se font régulièrement agressées par des rayons entiers de mignons articles de scrapbooking et de matériels pour le "Do It Yourself" (aussi connu sous le nom de " DiItYourself, bien sur que ça va rendre joli comme ce que tu as vu sur le net :D"). Ce qui conduit à se retrouver chez soi avec moult et moult articles de créatif qu'il faut tôt ou tard tenter de justifier. C'est dans ce contexte de motivation artistique que Neko a fini par me lancer dans la customisation de cette tout à fait adorable petite boite en bois (qui, vous le remarquez, possède le double avantge de a.m'occuper calmement tout un après midi et b.permettre de ranger une partie du bazar de scrap précedemment mentionné.)

boite peinte

La boite de base, qui a été patiemment recouverte de peinture (de nombreuses couche de peinture), principalement turquoise et outremer (la peinture utilisée est de l'acrylique, qui rend tout à fait bien, mais vous pouvez utiliser de la peinture spéciale pour bois si vous voulez faire les choses proprement ou si vous êtes simplement riche).

boite motif 1

Ensuite la partie fun de recouvrage de motifs. J'ai d'abord fais un petit brouillon sur papier pour voir ce que ça donnait et choisir les motifs (rapport que le posca ne s'efface pas bien donc c'est mieux de savoir où on va quand même) and here we go.

Les motifs de pont sont un motif japonais assez classique qu'on retrouve un peu parout. Les deux motifs d'oiseaux et les bambous proviennent d'une illustration des Clamp pour le manga xxxHolic (qui a fait la couverture d'un des chapitres du tome 2, si vous voulez savoir).

boite motif 5

Au niveau du matériel je me suis surtout servie de peinture acrylique pour le fond et de poscas pour les motifs (ainsi que d'un règle, toujours utile). Les poscas ont une mine de 1.3mm sauf le blanc que j'ai aussi en 0.7mm, ce pourquoi il sert a faire les dessins un peu plus délicats.

Par Neko le 12/10/2014 à 00:00 - Laisser un commentaire

    Partagez cet article !