Divagations en tout genre

Pinot noir, smoke a cigar

- Titus, Unbreakable kimmy Schmidt

Petite amélioration sur la Boite A Cinglées : Suite au challenge des 23H de la BD auquel j'ai participé cette année, j'ai rajouté une section webcomic au site, dans laquelle vous pourrez trouver pour comencer le résultat du challenge. Vous pouvez aussi aller lire directement en cliquant ici.

J'ai changé un peu le design du site pour cette partie là, pour faire en sorte de rendre la lecture le plus fluide et agréable possible. N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez! IL n'y a pas encore de section commentaire mais vous pouvez m'envoyer un petit mail avec de l'amour et des gateaux, c'est presque aussi bien.

La BD est aussi présente sur le site des 23h, mais cette version est plus propre, et surtout plus lisible (le site des 23H imposant un certain nombre de contraintes de format) (que je n'avais pas lues avant de commencer) (mauvaise stratégie les enfants).

De plus vous l'aurez peut-être deviné, j'ai créé une section spéciale dans l'idée d'y ajouter d'autres webcomics par la suite. Quand? Je ne sais pas le jeunes, calmez votre allégresse, mais j'ai bonne espoir qu'on passe bientot aux semaines de huit jours donc ça ne devrait pas poser problème.

Sur ce, bon weekend et bonne lecture à tous!

Par Neko le 17/04/2016 à 15:48 - Laisser un commentaire

    Partagez cet article !

No one else is freaking out the appropriate amount right now

- Lumberjanes

Faire du shopping à Londres, ça se résume pour certain-e-s à dépenser des livres sterling dans des fringues classes ou ultra-gothiques. Pour d'autres, à s'abreuver de musées, d'expositions et de sorties pour voir la 800ème représentation de Wicked. Et enfin pour les dernier-ère-s, Londres c'est le rendez-vous pour fouiner dans tous les magasins de comics, BD et mangas de la capitale et d'y dépenser un maximum.

J'ai pu en faire l'experience il y a quelques mois en visitant la ville pour la énième fois et en flânant dans les environs d'Oxford Circus. Là une énorme échoppe de comics attend le visiteur à quelques rues du Five Guys, et c'est parmi les rayonnages délirants que j'ai fait la connaissance avec ce livre que je n'ai ensuite pas lâché de la soirée, Nimona de Noelle Stevenson.

nimona


Je dis livre, car Nimona se présente d'avantage comme un "roman graphique" qu'un comics. C'est du moins le terme un peu plus recherché qu'on utilise pour dénommer cette catégorie de one-shot, racontant une histoire du début à la fin en bande dessinée. Certain-e-s connaissent peut-être déjà l'auteure, Noelle Stevenson, américaine qui a contribué notamment au scénario et au design de "The Lumberjanes" (encore un autre titre de qualité).

L'histoire

nimona

Nimona est une changeuse de forme dans un monde de fantasy où le bien combat le mal dans les règles de l'art. Adolescente intrépide qui n'en fait un peu qu'à sa tête, Nimona se pointe un jour à la porte du grand génie du mal Lord Ballister Blackheart et souhaite devenir son apprentie. D'abord réticent, Lord Ballister finit par ne plus pouvoir se passer de la compagnie et de l'aide de Nimona et tous les deux formentent des plans pour rétablir la vérité sur les activités du chevalier Goldenloin et ses accolytes de "Institution of Law Enforcement and Heroics".

Le récit a été à la base pensé comme un webcomic, et si cela se voit un peu au début avec des gags d'une page, on voit très vite plusieurs trames se mettre en place. Noëlle Stevenson s'amuse à développer une histoire et une personnalité profonde à tous ses personnages. L'amour qu'elle a pour ces derniers, bons ou mauvais, se détache des pages pour vous agripper dans un récit complètement fou, gorgé d'humour, de révélations et de moments suffisamment dramatiques pour vous briser le coeur. Nimona est pleine de ce girl-power qu'on espère voir d'une héroïne de bande dessinée tout en se démarquant par un humour contagieux et une histoire digne d'une pièce de Shakespeare.

Un récit varié et inspiré

L'histoire part aussi sur aussi quelques thèmes forts et n'hésite pas à dénoncer les ravages de l'intolérance et des institutions qui veulent briderla curiosité naturelle de l'humain sous pretexte de le protéger.

Le récit sait garder l'équilibre entre le léger et le drame qui touche certains personnages. Les pages bonus à la fin sont un vrai régal à lire, et vous tireront sans doute une petite larme.

Mes petits chouchoux restent indéniablement Lord Ballister et le chevalier Goldenloin autant pour leurs caractères que pour leur relation. Il y aussi la chercheuse Docteur Blitzmeyer qui mériterait un spin-off à elle seule. Quant à Nimona... c'est une fille rousse qui peut se changer en chat comme en dragon, comment ne pas l'adorer?

Si vous n'êtes pas trop à l'aise avec l'anglais, ce qui se comprend, la bande dessinée a été traduite et éditée par Dargaud en mai 2015. A n'en pas douter, Noëlle Stevenson va continuer à faire parler d'elle. Et en bonus, on peut même la suivre sur Twitter et Tumblr, où elle poste des dessins et raconte des choses drôles et intéressantes.

Maintenant, qui a dit déjà qu'il n'y avait pas de femme digne d'être récompensée dans la bande dessinée ?

Par Jun le 06/04/2016 à 19:51 - Laisser un commentaire

    Partagez cet article !