Divagations en tout genre

I eat shades of red

- Marceline, Adventure Time

Histoire de me reposer un peu de l'Inktober (non), ce mois-ci je me suis lancée pour la troisième année consécutive dans le nanowrimo! Car j'aime souffrir il faut toujours repousser les limites de l'endurance de la créativité.

Qu'est-ce que c'est donc que le nanowrimo? Le nanowrimo ou National November Writing Month n'est pas un genre de dinosaure un peu bizarre mais un challenge d'écriture : le but est d'écrire un (petit) roman en un mois. Easy girl.

Quelques chiffres : L'objectif du nano est d'écrire un roman de 50 000 mots durant le mois de novembre. 50 000 mots (ou 50k pour les initiés), ça fait un peu moins d'une centaine de page en police douze, et ça demande d'écrire 1667 mots par jour pendant les 30 jours du mois de novembre. Les vitesses d'écriture varient énormément d'une personne à l'autre, à titre personnel il faudrait que j'y consacre environ 2h par jour pour tenir le compte. C'est pas mal. Surtout que 30 jours c'est long, mine de rien. C'est un vrai marathon de l'écriture, qui demande rigueur et endurance.

Oui mais non, car le nano ça ne se résumer pas à l'écriture d'un manuscrit tous les ans. C'est surtout un super entrainement pour qui aime écrire (et envisage de se publier), et une super experience à partager avec les autres personnes un peu tarées qui aiment bien passer tous leur temps libre à écrire des livres (il y en a bien plus qu'on le croit). Personnellement, je n'ai pas réussi pour l'instant à taper les 50k (et à moins que j'écrive 20 000 mots dans le weekend c'est mal barré).

Et non je suis bien contente (spoil) car le nano c'est cool et je vais vous expliquer pourquoi.

Les objectifs du nano sont ambitieux. Pas pour tout le monde, évidemment. Y a des gens ils sont fous ils font les 50k dans le premier weekend tout en trouvant le vaccin contre le cancer et en sauvant des enfants dans une maison en flamme dans le même temps (en vrai ils étaient venus pour sauver le chat mais y avait aussi des enfants sur place donc ils les ont pris en passant). Y a même des gens ils trouvent que 50000 mots c'est un peu petit joueur donc ils se fixent le challenge 1 million de mots oui ils écrivent un million de mots genre en un mois ça fait un trentième de million de mots par jours ce sont des psychopathes fous peut-être auteurs du nouveaux guerre et paix on sait pas.

Mais bref pour le commun des mortels c'est pas si évident. C'est faisable, mais ça demande de se dépasser un peu, de prendre sur soi, de s'investir dans son projet. Ca oblige à prendre l'hbaitude d'écrire de façon régulière, ça donne un objectif. Donc au final, même si on a pas atteint le fameux 50k, on accompli quelque chose est on est heureux, comme à la fin d'une épreuve sportive (je fais genre je sais de quoi je parle alors que sérieux moi et le sport bon j'aime mieux écrire mais c'est la même idée, le dépassement de soi, tout ça). Dans mon cas par exemple, j'ai écris 15 mille mots la premire année, 25 000 la deuxieme et 30 000 cette années. Et chaque année je tiens un peu plus longtemps en écrivant. C'est déjà cool de savoir qu'on est capable d'écrire tout ça, mais c'est encore plus cool de se voir s'améliorer chaque année.

Un des autres avantages du nano c'est que ça se fait en groupe. Oui oui écrire un roman comme un forcené peut etre une activité de groupe, aucun problème. Le site du nanowrimo dispose d'un forum avec une section française bien remplie et un chat sur lequel on peut aller discuter à n'importe quel moment pour trouver soutien et motivation. Mais surtout, durant le mois du nano, des évenements sont organisés presque tous les jours pour se retrouver entre nanoteur (oui c'est un vrai mot) autour d'une tasse de café ou de quelque chose à grignoter, et vous encourager mutuellement. Il y a presque tous les jours un événement (...si vous êtes parisien du moins, déso la province)(en même temps vous pouvez en organiser aussi) et des plus grosses rencontres par exemple pour la soirée de lancement du 1er novembre, un événement mythique à ne pas rater. Le nano c'est aussi ça : les rencontres, le soutien et le café.

Pour finir l'interet principal du nano, c'est quand même d'écrire un roman. Pour en avoir parlé à de plus en plus de gens, tout le monde ou presque est motivé à l'idée de faire un livre. Tout le monde à un truc à dire, une histoire a transmettre, une petite idée qui trotte dans un coin de sa tête. Le nano c'est l'occasion de se dire : "c'est bon, j'y vais, ce mois-ci je me consacre à ce projet". Et bosser un mois sur ce projet, même si vous n'arrivez pas à le finir, vous aurez forcément avancer dessus. Et ça c'est cool et c'est motivant. Déjà ça fait se sentir bien, de bosser sur son petit projet à soi et de le voir grandir. Ensuite ça peut vous donner la motivation pour le finir, même si c'est pas au 30 novembre. Bosser et réfléchir sur une histoire pendant un mois oblige à réfléchir dessus de façon plus approfondie, de se poser des questions qu'on ne se serait pas poser sinon, de réfléchir à des choses qui sont nécessaires.

Bref faire le nanowrimo c'est bien cool et même si tous les 30 novembre je me dis "plus jamais je refais ça", chaque année à l'approche de l'autonme mon clavier me démanger et mes histoires m'appellent, imaptientes de me voir écrire. Le nanowrimo est un bel évenement qui encourage les gens à se lancer dans des projets et à créer, et il apporte quelque chose à tous ceux qui y participent, peu importe votre niveau d'écriture, votre experience, le temps que vous pouvez y consacrer ou à quel point vous vous percevez comme "créatif". Mangez-en!

Par Neko le 30/11/2015 à 15:40 - Laisser un commentaire

    Partagez cet article !